Aborder sereinement le déconfinement...

Après des semaines de confinement, nous voici depuis deux semaines déjà en route vers le déconfinement. Ce déconfinement était très attendu par la plupart d’entre nous, pourtant il fait peur ! Comment retrouver une routine ? Comment profiter de nos proches sans pouvoir les toucher, en devant rester masquer ? Comment reprendre le travail sereinement ? Comment remettre certains enfants à l’école ou à la garderie en toute sécurité ?

Quelque part on s’attendait à ce que le déconfinement permette le retour à notre normalité mais il n’en n’est rien ! Le déconfinement nous impose une réalité intermédiaire, une réalité que nous n’avions encore jamais connue. Une réalité faite de changements, de dilemmes, de contradictions et d’incohérences parfois. Une réalité où nous devons chacun∙e faire nos propres choix en fonction de la loi, de nos valeurs, de nos craintes et de nos obligations.

Vivre avec le virus :

Vivre le déconfinement, c’est savoir et accepter que cela ne signifie pas que le virus a disparu. Cela signifie juste que les hôpitaux ne sont plus saturés et que nous avons le matériel pour faire face à l’épidémie. Il va donc nous falloir accepter que le virus restera présent encore un moment et que nous allons devoir apprendre à vivre avec.

Vivre avec cela signifie : respecter les gestes barrières, porter un masque aussi souvent que possible (pour rappel, il est obligatoire dans les transports en commun, aux arrêts, dans les stations de métro, dans les gares, sur les quais et dans les trains pour les plus de 12 ans), respecter la distance physique, etc. Grâce à cela, de plus en plus d’activités pourront reprendre mais ça prendra du temps. Il nous faut s’armer de patience.

La patience, n’est pourtant plus le fort de notre société, nous qui sommes tellement habitués à avoir ce que nous désirons quand nous le désirons, commander une pizza en 30 minutes, s’acheter l’objet de nos désirs sur internet, avoir toutes les réponses à nos questions grâce à google, appeler un proche quand nous le souhaitons, réserver des vacances sur un coup de tête, etc.

Pourtant, là maintenant, nous n’avons aucune prise sur ce virus, nous ne pouvons pas contrôler la situation, il nous faut donc faire preuve de patience et s’adapter chaque semaine en fonction des directives du Conseil National de Sécurité (CNS).

Vivre avec les autres :

Il est temps maintenant également de retrouver une vie avec les autres. Après avoir vécu isolé, nous pouvons ouvrir notre bulle à une autre famille. Nous pouvons également nous rendre dans les magasins et pratiquer certains sports. Nous croisons davantage de monde lorsque nous faisons nos courses ou que nous nous promenons, en rue ou au parc.

Mais l’autre peut faire peur. Qui nous dit que cette personne derrière nous dans la file ou que ce coureur qui vient de passer à nos côtés n’est pas porteur du virus ? Là encore, nous n’avons aucune prise sur ce fait, aucun moyen de le savoir si la personne est infectée ou non. La seule chose que nous pouvons faire c’est accepter de prendre ce risque. En fait, des risques nous en prenons au quotidien mais ils sont devenus des habitudes : prendre la voiture, traverser la route, etc. Il faut donc accepter qu’il nous faudra du temps pour accepter la prise de risque liée au Covid-19 (dans le respect des consignes évidemment, comme le fait de traverser sur un passage pour piéton).

Dans un premier temps, si la peur est là, il peut être intéressant de penser aux conditions qui nous font nous sentir en sécurité pour telle ou telle sortie. Ex : Je reçois un(e) ami(e) chez moi, je prépare une place pour lui/elle où l’on pourra tenir nos distances. Si je vais prendre un transport, je prépare mon masque et éventuellement mon gel hydro alcoolique. Ces conditions, au-delà des gestes barrières généraux, sont propres à chacun. Les envisager à l’avance et les respecter permet de se rassurer en faisant de notre mieux pour éviter la maladie tout en commençant à mettre le nez dehors et à revoir des proches. Effectuer une sortie en étant accompagné par un proche peut aussi mettre à l’aise et permet peut-être déjà de créer de chouettes nouveaux souvenirs dans ce nouveau monde.

Le déconfinement tout comme le confinement est propre à chacun. Selon nos vécus, notre situation, nous ne le vivons pas de la même manière. C’est pourquoi, même si nous en connaissons tous les étapes, celles-ci se vivront pour chacun à un rythme différent, un rythme dans lequel il est important de se respecter.

Testing et tracing :

Le testing (pouvoir tester toute personne présentant des symptômes) et le tracing (suivi des contacts : retrouver les personnes qu’une personne contaminée a croisé) sont les deux piliers de la lutte contre la propagation du Covid-19.

Mais en quoi consiste le tracing ? On vous fait un résumé (pour plus d’information vous pouvez aussi cliquer sur le lien en bas de l’article).

Le suivi de contacts est une méthode de prévention permettant d’identifier les personnes qui ont été en contact avec un porteur, confirmé ou très probable, du Covid-19. Pour dépister rapidement ces personnes, il est utile de les informer qu’elles sont elles-mêmes potentiellement porteuses du virus et de leur donner les conseils adaptés. Cette méthode implique la collaboration des personnes infectées par le COVID19, puisqu’il va leur être demandé d’identifier leurs contacts. Cette collaboration est essentielle pour contribuer à ralentir la propagation du virus. Il est important de noter que toute information partagée restera strictement confidentielle. Le but n’étant pas de dénoncer ou de donner des sanctions mais bien de nous protéger.

Vous pouvez être contacté de différentes manières (aucun autre numéro !) :

  • par téléphone via le numéro 02/214.19.19

  • par courrier

  • par email

  • par SMS via le numéro 8811

N’hésitez pas à enregistrer ces différents numéros dans votre téléphone.

Et nos enfants :

La gestion des enfants et de la « rentrée des classes » est l’un des points qui pose le plus question. Pourquoi, à partir du 18/05 dois-je remettre mon enfant à la crèche (sous peine de payer malgré son absence) alors que je ne peux pas remettre mon autre enfant, en maternelle, à l’école (sauf à la garderie si je ne suis pas en télétravail).

Les parents se retrouvent dans de gros dilemmes face à ces décisions, remettre les plus jeunes à la crèche et garder les plus âgés à la maison, prendre le risque de remettre ceux qui sont en âge de rentrer en classe (1ère, 2ème, et 6ème primaire) ? Pourquoi mes enfants peuvent se rendre à la garderie de l’école mais ne peuvent pas reprendre les cours ?

La seule chose dont nous pouvons être certain∙e, c’est que chaque institution fait son maximum pour accueillir au mieux les enfants et que nous sommes toujours dans une logique de « limiter » les contacts et non de les éviter à tout prix.  Aussi, une lettre ouverte a été écrite par un ensemble de pédiatres demandant le retour des enfants dans leurs milieux d’accueil ou scolaires. Selon eux, les études convergent vers l’idée que les enfants ne sont pas de grands vecteurs de transmissions comme ils le sont pour la grippe classique et que cet éloignement de la vie collective a aussi ses limites pour le bien-être de l’enfant. A lire ICI si vous le souhaitez.

Sachez par ailleurs que l’ONE a adouci ses règles concernant le paiement des milieux d’accueil, vous trouverez toutes les informations ICI.


Ressources :

Pour se détendre en famille

Pour comprendre le tracing

https://www.yapaka.be/video/video-covid-19-comprendre-les-stades-de-la-crise-pour-accompagner-les-familles

https://www.yapaka.be/video/video-covid-19-quel-accompagnement-en-cas-de-peur-massive-de-la-maladie-dangoisse-de-mort-chez

 

02/242/42.42

©2020 par Liens De Quartier Petite Enfance asbl. Créé avec Wix.com